Découvrez les pièges à chenille processionnaire les plus efficaces
Astuce et conseil

Découvrez les pièges à chenille processionnaire les plus efficaces

La chenille processionnaire est dangereuse pour les animaux et les hommes. Les poils urticants de ces insectes ravageurs sont très allergènes. Ils peuvent causer de graves problèmes de santé comme les troubles respiratoires ou des irritations cutanées. La chenille processionnaire est aussi à l’origine d’une défoliation importante des conifères comme le cèdre et le pin en se nourrissant de leurs aiguilles. Pour la détruire, il y a plusieurs moyens possibles.

Comprendre le cycle de vie de la chenille processionnaire

Pour élaborer un piège chenille processionnaire efficace, il faut commencer par comprendre son cycle de vie. Ce dernier varie souvent en fonction de l’altitude et du climat d’une région. La période de lutte contre ces chenilles processionnaires urticantes doit alors s’adapter en fonction de ces deux critères.

Il est possible de réaliser des pièges au cours des différents cycles de vie de ce nuisible. La pose de pièges se fera en fonction du cycle de développement de l’insecte et non en fonction des saisons.

Tous les lépidoptères ont un cycle biologique identique :

  • Ils sont d’abord aux stades larvaires ou chenilles
  • Ils deviennent des chrysalides (nymphes)
  • Puis se transforment en papillons.

La chenille processionnaire devient ce qu’on appelle communément : papillon de nuit.

Le piégeage des papillons comme premier piège chenille processionnaire

Le but est de capturer le papillon mâle à l’aide de pièges à phéromones. C’est un leurre qui imite l’odeur de la phéromone des femelles. Une fois qu’ils sont capturés, les mâles ne peuvent plus participer à la multiplication de l’espèce. Cette lutte biologique n’empêche pas ces nuisibles d’infecter de nouveau un arbre.

Pour de meilleurs résultats, un autre piège chenille processionnaire doit venir compléter cette méthode.

Le piégeage des processions

C’est un piège qui implique l’utilisation d’un collier anti-chenille. Cette technique fonctionne également pour éliminer les chenilles vertes des arbres fruitiers.

Ce piège nuisible est à poser contre le tronc d’arbre pour piéger les chenilles qui viennent en procession s’enterrer dans le sol pour se transformer en nymphes. Il est important d’empêcher la réalisation de ce rituel, car une foisclos, un papillon femelle peut pondre entre 70 et 300 œufs.

Il faut être extrêmement prudent au cours de cette intervention car les chenilles urticantes sont dangereuses. Les poils urticants peuvent s’envoler facilement. Une fois collés sur la peau, ils peuvent provoquer une sensation de brûlure et de suintement importante.

Le recours aux prédateurs naturels

Cette méthode de piège chenille processionnaire consiste à faire appel aux prédateurs naturels de ces parasites : le Bacille de Thuringe et les mésanges.

Le Bt (Bacillus thuringiensis) est une bactérie qui possède une toxine empêchant l’éclosion des larves au niveau du sol et sur les feuillages. L’état larvaire est stoppé net lorsque les chenilles ne peuvent plus sortir du cocon. L’application de cet insecticide naturel limite les infestations des colonies de processionnaires.

La pulvérisation de Bt est un piège par ingestion des chenilles lorsqu’elles consomment les feuilles traitées. Cette technique est aussi efficace au moment de l’éclosion des larves lorsqu’elles peuvent se déplacer sur les résineux pour se nourrir. Mais elle ne fonctionne plus sur une chenille adulte.

Dans ce cas, une autre tentative naturelle pour venir à bout de la chenille processionnaire et de la chenille verte peut s’appliquer : les mésanges. Elles vivent dans les espaces verts, mais peuvent être apprivoisées pour éradiquer une infestation de processionnaires sur un ou plusieurs arbres de grandes hauteurs.

L’échenillage

Cette méthode consiste à utiliser un échenilloir. Il faut enlever les nids des papillons sur les arbres pour éviter la prolifération de la chenille processionnaire du pin ou du chêne.

Cette technique implique l’incinération et l’enfouissement des jeunes nids. Pour que la méthode soit efficace, il faut intervenir dès la détection d’un prénid. L’intervention sera trop tard lorsque les chenilles deviennent urticantes.